Couverture des Croix de bois

 

LES CROIX DE BOIS

  En bref  

Titre du livre : Les Croix de Bois

Auteur : Roland Dorgelès

Genre : roman

Date de publication : 1919 (prix fémina).

Nombre de pages : 251 

On a aimé :       

1 2 3 4 5                 
6 7 8 9
 

Commentaire n°1

par  Zanardo Maxence.

Venez parler de ce livre dans le forum !Ecrire dans le forum.

Nous écrire à propos de ce commentaireEcrire par mail.

 

Voilà un p'tit commentaire de lecture d'un bouquin un peu zarb, d'une bande de fous furieux en manque de vinasse, qui n'ont qu'une idée en tête : zomber du germain.  

      Bon y a trois newbis qui arrivent sur le terrain et rencontrent les autres crados pleins de poux ( cela doit d'ailleurs être un sport chez eux "la chasse aux poux…" erk ! A voir dans le livre) Au début, on préfère regarder Derrick tellement l'histoire est captivante. Mais après, ça change un peu : on hallucine. Les agités de la gâchette sont tout le temps en repos, pire que des fonctionnaires. Et les scènes de repos parlons-en : trop fort, des vrais pilleurs. Leur seul remède, pour s'amuser, c'est la vinasse, le rouge de poivrot. Ah ça, c'est pas mal ! Un autre point positif qui vous fera peu être changer d'avis pour lire ce bouquin, c'est qu’à la fin y sont pratiquement tous morts... Et on peut compter sur le tit père Dorgelès pour les faire rejoindre l'autre monde dans un sanglant et parfois triste paragraphe. Je ne compte pas vous raconter, je vous laisse en haleine, avant que vous vous plongiez dans ce livre. Mais pas trop quand même : loupez pas le film du soir, le book en vaut pas à ce point la peine (sauf si vous devez le finir pour le lendemain). 

     Bonne lecture...

 

Commentaire n°2

par Lavergne Julian, Mulot Pirre, Severin Jean-Christophe et Zanardo Maxence.

Venez parler de ce livre dans le forum !Ecrire dans le forum.

Nous écrire à propos de ce commentaireEcrire par mail.

 

Voici un petit commentaire de lecture des Croix de bois de Roland Dorgelès, (remerciez votre prof de Français de vous l’avoir donné à lire J). Bon, on se dit en regardant le style du book que ça va péter tout au long du livre, mais en fait on n’est pas vraiment captivé, car les scènes de repos sont longues et nombreuses… Mais les scènes de combat sont réalistes, et assez bien racontées, exemple : dans le mont calvaire, l’auteur réussit à maintenir le suspense en jouant avec la vie des personnages. Ceux-ci sont attrayants par leur diversité et leur humour parfois déplacé (pour les coincé(e)s, et les intellos de la classe). Sulphart, un gars sympatoche venant d’un bled paumé qui parle comme un paysan relève un peu le niveau du livre, parce que des fois on calle rien du tout à ce qu’il dit. A peu près tous les personnages sont morts à la fin, ce qui est pas mal, car leurs agonies sont racontées en détail (sanglants parfois). En résumé, il y a une bande de trois bleus qui arrive au beau milieu de bêtes en manque de vinasse. Ils sont un peu dépaysés mais se mettent vite dans l’ambiance, comme nous d’ailleurs. Pour les fainéants, comme moi il y a le film, mais qui diffère un peu car on voit le camp allemand pendant les scènes de combat (ce qui n’est pas du tout dans le livre). Bref, regardez le film pour un avant goût du livre, mais de toutes façons, vous n’avez pas le choix : livre obligatoire…

 

Commentaire n°3

par Milano Olivier, Nicot David, Thomas Cyril et Turck Julien.

Venez parler de ce livre dans le forum !Ecrire dans le forum.

Nous écrire à propos de ce commentaireEcrire par mail.

 

Nous allons vous présenter le roman de Roland Dorgelès : Les Croix de bois, à travers un court commentaire de lecture. Le contexte historique du livre est la première guerre mondiale. Tout commence par le débarquement du personnage principal et héros de l'histoire, Gilbert Demachy. C'est un étudiant qui vient de finir son droit. Petit à petit il fait la connaissance de ses camarades : Bouffioux, considéré comme le souffre douleur, le gros sac à tout faire, et qui est d'ailleurs surnommé "gras du ventre" ; Breval, le caporal, qui tient un rôle important dans l'histoire; Brouke, le nordiste, qui est le seule de la bande à parler le patois ; Fouillard, le cuisinier, etc... Il y a aussi un autre personnage que l'on ne peut oublier : Sulphart. Lui, il considère la guerre comme un jeu alors que pour les autres, c'est une sorte de gouffre, la "fin" en quelque sorte. Tout au long de l'histoire, on nous raconte la vie dans les tranchées, les batailles avec un réalisme étonnant. Cela vient du fait que Roland Dorgelès a vécu la guerre. Il faut aussi préciser que ce livre est une autobiographie cachée. L'auteur raconte ce qu'il a vécu à travers un personnage, Jacques Larcher, meilleur ami de Gilbert et narrateur de l'histoire. Pour revenir quelques lignes plus haut, au niveau réalisme, il suffit de lire l'agonie de Gilbert, qui reste le passage le plus émouvant du livre. Le héros de l'histoire s'effondre dans d'atroces souffrances. Le jeune homme qui n'était pas respecté par ses compagnons à son arrivée, était devenu un fidèle allié pour les tranchées (le meilleur ?). Ce livre est très agréable à lire, même si de par son titre, il n'est pas très attirant. "L'essayer c'est l'adopter" !

 

Commentaire n°4

par Araujo Joël, Bontemps Mickaël, Dargent Damien et Gaudel Mickaël.

Venez parler de ce livre dans le forum !Ecrire dans le forum.

Nous écrire à propos de ce commentaireEcrire par mail.

 

Voici un rapide commentaire de lecture du chef-d’œuvre de Roland Dorgelès, les croix de bois (nous vous conseillons vivement de le lire). Alors, il y a Bouffioux, c’est un planqué, gros, à la tête luisante, qui serait prêt à tout pour ne pas aller au front. Breval, le maigrichon surnommé le « cabot », est un soldat sentimental, aimé de tous. Jacques Larcher, un narrateur différent des autres car il ne donne pas son point de vue, mais celui des autres (quel faux-cul). L’histoire débute par l’arrivée d’un nouveau soldat qui s’appelle Gilbert Dugarry euh… Demachy. Après un  petit canon, Gilbert entre pour la première fois en contact avec les tranchées (là il ne fait plus le beau). Ensuite, le premier et le seul acte héroïque de l’œuvre survient : c’est le fanion rouge (vous n’auriez jamais imaginé que superman existait déjà à la première guerre mondiale). Les conditions et les modes de vie sont pourris : chasse aux puces, la bouffe de merde, les rats qui dégustent les cadavres… Un passage très intéressant survient dans le livre (chapitre VIII nous semble t’il), le Mont Calvaire, car l’auteur crée un suspense intense tout au long du chapitre (les soldats vont-il mourir : là est la question !). L’horreur, l’angoisse, le sang vous font flipper, alors ce livre n’est pas fait pour vous ! Cependant le suspense est au rendez-vous ! Alors @ + pour un prochain résumé encore plus fort…

 

Commentaire n°5

par Colin Jonathan, Coret Jean-Christophe, Ceplak Florian et Thoman Henry.

Venez parler de ce livre dans le forum !Ecrire dans le forum.

Nous écrire à propos de ce commentaireEcrire par mail.

 

        Ce livre est le témoignage d’un poilu qui s’appelle Jacques Larcher et qui a vécu la Première Guerre Mondiale avec ses potes. Au cours du livre, on apprend les souffrances et les peurs des poilus dans n’importe quelles situations de guerre : dans la boue, pendant la nuit, pendant le jour, dans les tranchées, dans les trous d’obus et aussi dans les champs encombrés de cadavres. Dans ce témoignage, on apprend aussi le courage et la volonté qu’on eut les soldats pour survivre lors de cette guerre physique et morale.  

         Dans ce récit, différents personnages interviennent comme d’abord le narrateur qui se prénomme Jacques et qui est écrivain. Il est ami avec Gilbert Demachy, engagé volontaire tout comme lui. Ce sont tous les deux des aventuriers qui voulaient vivre la guerre (un peu trop barjos à notre avis pour vouloir faire la guerre sans savoir s’ils allaient en revenir !!) de l’intérieur. Ensuite, il y a un personnage qui s’appelle Bréval qui est « capot » et qui est présent dans pratiquement toute l’histoire. Mais il y a aussi des personnages beaucoup moins importants comme Vairon, Sulphart, Fouillard ou Bouffioux.

         Ce livre nous a plu car par rapport aux autres livres de cette époque, il y a du langage courant, et même familier. De plus, ce livre nous a également plu, grâce à la possibilité de s’identifier à un des personnages qui nous ressemble, tellement les personnages sont bien décrits. En plus, les scènes de combat sont réelles puisque le narrateur les a vécues. En lisant le livre, on avait l’impression de faire partie de l’aventure.

 

Commentaire n°6

par Baderot Arnaud, Begel Benjamin, Boit Antonin et Girot Adrien.

Nous écrire à propos de ce commentaireEcrire dans le forum.

Venez parler de ce livre dans le forum !Ecrire par mail.

 

  Voici un rapide commentaire de lecture du chef d’œuvre de Roland DORGELES, Les Croix de bois (votre professeur de français vous a peut-être demandé de le lire. Vous allez voir, ça va vous aider…).         Il y a Bouffioux, un gros lard, un peu bêta, la tête pleine d’eau, robinet derrière la nuque, qui a très peur de la guerre. Il y a aussi Bréval, le « Cabot » assez maigre, Broucke, un gars du nord, qui met beaucoup d’ambiance. Mais aussi Jacques Larcher, le narrateur. On en parle très peu dans le livre.      

          Dans ce livre, il n’y a pas beaucoup de récit sur la guerre, peu d’actes héroïques. Celui qui nous a marqué, c’est celui du fanion rouge, car un soldat se fait canarder comme un lapin (c’est marrant, mais c’est la réalité). Ce qui est dommage, c’est qu’il n y a pas beaucoup de combat. Ce qui est bien, si on loupe un chapitre on comprend l’histoire, car les chapitres n’ont rien en commun, sauf les personnages. C’est un peu comme les feux de l’amour. A la fin, presque tout le monde meurt.

           Nous espérons que vous voulez toujours lire ce livre, car il est quand même bien, mais il faut aimer ce genre de bouquin.

 

Commentaire n°7

Commentaire de Leclerc Anthony, Marotel Jonathan, Richard Jérémy et Valsetti Cedric.

Venez parler de ce livre dans le forum !Ecrire dans le forum.

Nous écrire à propos de ce commentaireEcrire par mail.

 

Ce roman est un témoignage historique de Roland DORGELES, engagé volontaire lors de la première Guerre Mondiale. Cet ouvrage est le plus connu de cet auteur. Il est structuré en chapitres n’ayant aucun lien entre eux. Il raconte au travers du narrateur « caché », Jacques LARCHER, engagé, lui aussi, volontaire (tout comme Gilbert DEMACHY, autre personnage). Celui-ci a 25 ans environ, c’est un parisien aisé, étudiant en droit. Il y a aussi Bouffioux, dit « gras du ventre » et Sulphart, dit «  Le rouquin ». Ce roman vous montrera les conditions difficiles dans lesquelles vivaient les soldats durant la guerre.

          Nous avons des avis très différents sur ce livre. Certains l’aiment bien, car ce sont des faits historiques de la Guerre qui font partie de notre histoire. Et d’autres ne l’aiment pas, car ce livre est trop long par rapport à la qualité de ce qu’il raconte.

          Malgré nos commentaires, cet ouvrage a remporté le prix Fémina en 1919.

 

Commentaire n°8

par Lajeunesse Charles-Henri, Lemercier Fabien, Monchablon Bertrand et Salamat Jamel.

          

Venez parler de ce livre dans le forum !Ecrire dans le forum.

Nous écrire à propos de ce commentaireEcrire par mail.

Voici un rapide commentaire de lecture du chef-d'œuvre de Roland Dorgelès, Les Croix de bois. Tout d'abord, il y a Jacques Larcher. C'est le narrateur, et d'ailleurs, si tu lis ce livre, tu le découvriras au fur et à mesure des chapitres. Il y a aussi son pote, Gilbert Demachy, âgé de 25 ans, engagé volontaire, bourgeois aisé. C'est un casse coup. Et puis, il y a le gros Bouffioux, surnommé "gras du ventre", c'est une cacahuète ! Il porte sa plaque d'identité sur son chapeau pour se la donner à la Louis XI. C'est une flipette car il se dispense de se battre comme tout le monde en cuisinant. L'histoire du livre c'est la vie des soldats à la guerre. On a aimé le livre à cause de l'emploi de l'argot car on capte vite fait bien fait.

 

Commentaire n°9

par Absous Younes, Demarche Romain, Hauller Rémi et Henry Thomas.

Venez parler de ce livre dans le forum !Ecrire dans le forum.

Nous écrire à propos de ce commentaireEcrire par mail.

 

Voici un commentaire de lecture du livre de Roland Dorgelès : Les Croix de bois. C’est une histoire qui commence au printemps 1914, le témoignage d’un poilu engagé lors de la 1er Guerre mondiale. Ce bouquin nous a attirés car son titre nous a donné des frissons. Le personnage principal se nomme Gilbert Demachy. On nous raconte ce qu’était la vie pendant la guerre et ce qu’éprouvaient les soldats en laissant leurs femmes, leurs gosses et leurs chiens. Tous les personnages dans le livre sont des poilus, des amis de Gilbert qui sont tous issus de différentes catégories sociales. Ils meurent pratiquement tous au front. Ce livre nous a plus car par la suite nous avons regardé le film qui n’est rien d’autre qu’une adaptation du livre. C’est pour cela que nous vous le conseillons, il est très intéressant et très instructif.